Diététique en Médecine Traditionnelle Chinoise

La Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC) classe les aliments conformément à ses effets énergétiques plutôt que selon ses composants. Certains aliments sont considérés comme réchauffant et nourrissant tandis que d’autres sont considérés comme refroidissant et éliminant; certains aliments sont utiles pour la construction du Qi tandis que d’autres ont des propriétés de renforcement du sang, du Yin ou du Yang.

Ainsi, alors qu’un petit déjeuner composé d’une banane et d’un yaourt auront toujours la même vanleur nutritive en médecine occidentale, peu importe qui le manger, en MTC, il peut être considéré comme bénéfique pour ceux qui ont des conditions de carence Yin, mais néfaste pour ceux ayant un déficit Yang.

La nourriture, dans ce contexte, aide ou entrave nos efforts quotidiens pour maintenir la santé ou à récupérer suite à une maladie, en fonction de notre constitution. Ce n’est pas seulement une question de manger des aliments sains et nourrissants, mais de manger des aliments sains et nourrissants qui sont bons pour chaque type constitution.

Ainsi la constitution sous-jacente d’une personne, y compris la force de son système digestif, détermine quels sont les aliments les plus appropriés. De même, la Médecine Traditionnelle Chinoise met l’accent sur des lignes directrices de la façon dont les aliments doivent être préparés et consommés afin d’être utilisés de la manière la plus efficace.

Les Cinq Saveurs

Tous les aliments en MTC sont attribués selon les cinq saveurs: acide, amer, sucré, piquant et salé ainsi que les quatre natures : frais, froid, tiède et chaud.

La saveur des aliments (acide, amer, sucré, piquant et salé) peut être utilisée pour prédire ses effets sur le corps. De nombreux aliments appartiennent à plus qu’une des cinq saveurs, par exemple le vinaigre est considéré comme étant à la fois amer et aigre et le fromage comme étant aigre et sucré.

La nature des aliments (frais, froide, tiède et chaude) a également un effet direct sur le corps et la modification de sa préparation peut être plus appropriée à la constitution d’un individu. Les aliments crus sont les plus refroidissant pour le corps, qui nécessite plus d’énergie à les digérer que les aliments qui ont été cuits. Des exemples de la même nourriture préparée d’une manière différente sont par exemple le muesli par rapport à du porridge, les salades par rapport aux légumes cuits ou sautés, ou un morceau de fruit par rapport à celui qui est cuit à l’étuvée ou au four.

Dans ce contexte, une salade de pommes de terre (cuites) est considéré comme réchauffant plutôt qu’une salade (crue), mais pas aussi réchauffante que des pommes de terre au four, bien que les qualités de base de la pomme de terre resteront inchangées (celui d’une saveur sucrée et des propriétés tonifiantes du sang).

Exemples des cinq saveurs en cuisine 

Les aliments amers

Tels que la rhubarbe et les feuilles de pissenlit ont tendance à drainer la chaleur et à refroidir. Certains aliments amers comme la rhubarbe ont un effet purgatif et induisent des mouvements intestinaux.

Les aliments acides

Comme le pamplemousse et les olives, sont refroidissant et aident, en petite quantité, à la digestion.

Les aliments piquants ou épicés

Tels que l’oignon et le poivre de Cayenne ont une action réchauffante, ils aident l’énergie à se déplacer vers le haut et vers l’extérieur de la surface du corps. Ils ont aussi des propriétés qui dispersent le mucus des poumons.

Les aliments salés

Comme le varech et la sauce de soja sont refroidissant et maintiennent les fluides dans le corps.

Les aliments sucrés

Les aliments sucrés peuvent être divisés en deux groupes :

  • Les aliments sucrés qui sont neutres et nourrissants ou chauds et nourrissants : il s’agit notamment de la viande, des légumineuses, des noix, des produits laitiers et des légumes féculents.
  • Les aliments sucrés qui sont refroidissant : il s’agit notamment des fruits, du sucre, du miel et d’autres édulcorants. Les pommes de terre, le riz et les pommes sont toutes considérées comme appartenant à la saveur sucrée.

Préparation de la nourriture et son influence sur la nature des aliments

Du plus froid au plus chaud :

cru – cuit à la vapeur – bouilli – mijoté – sauté – cuit au four – frit – rôti

Renforcement de la rate

La thérapie alimentaire chinoise met fortement l’accent sur le bon fonctionnement de la rate pour en extraire le maximum de valeur des aliments. Il y a plusieurs facteurs simples, mais importantes qui aident à maximiser le Qi de la Rate.

Manger un petit déjeuner adapté

Le moment le plus approprié pour prendre le petit déjeuner selon l’horloge énergétique chinoise de 24 heures est de sept à neuf heures du matin quand l’énergie de l’estomac est à son apogée. C’est alors que le corps est affamé et prêt à démarrer le processus digestif de la journée.

Si une personne n’a pas faim le matin, cela implique une faiblesse du système digestif qui résulte souvent de mauvaises habitudes alimentaires tels que manger de gros repas tard le soir ou régulièrement sauter le petit déjeuner.

Un petit déjeuner sucré comme une tranche de pain blanc et de la confiture ou des cornflakes avec du lait et du sucre n’est pas un début nutritionnellement équilibré pour la journée. Il y a cependant une variété de petits déjeuners pour tous les types et, alors que les œufs, le pain, les fruits, le yaourt, le muesli, le bacon ou les crêpes constituent le pilier d’une approche occidentale pour le petit déjeuner, les soupes, les légumes sautés avec du riz ou des nouilles et de la viande ou du tofu sont aussi régulièrement consommés au petit déjeuner dans d’autres cultures.

Le petit-déjeuner ne doit pas être un grand repas, mais il doit de préférence être mangé endéans une heure du réveil. Selon le modèle sous-jacent énergétique de l’individu et en tenant compte de l’environnement saisonnier (les aliments froids comme le yaourt et les fruits peuvent être consommés par temps chaud, et des aliments cuits, comme le porridge, par temps froid). Quelques suggestions simples et rapides pour choisir comprennent :

  • Salade de fruits avec des noix
  • Muesli et yaourt
  • Smoothies de fruits (une boisson faite en mélangeant le yaourt, le lait et les fruits en même temps)
  • pain de grains entiers avec du humus, de la tomate et de l’avocat
  • Sushi
  • Muesli pré-imbibé la nuit et mangé avec des fruits de saison
  • Bouillies d’avoine
  • Compote de pomme et de cannelle
  • Bouillies de riz aux abricots
  • Lait de soja et aux amandes
  • Les œufs brouillés, pochés ou les omelettes aux épinards et aux champignons
  • Soupe miso au tofu
  • Soupe de nouilles avec des légumes

Éviter les gros repas tard dans la nuit

Un gros repas pris tard dans la soirée, avant de dormir, met à rude épreuve le système digestif, au moment où le Qi de l’estomac est proche de son niveau le plus bas dans le cycle de 24 heures. Manger tard peut entraîner de cette manière une accumulation des aliments, se manifestant par des troubles digestifs tels que sensation de ballonnement et lourdeur au réveil le matin. Manger tard très souvent peut entraîner des troubles digestifs chroniques.

Développer des habitudes alimentaires régulières

Des horaires alimentaires irréguliers et les quantités de nourriture irrégulières sont préjudiciables à un système digestif efficace. Alors que des heures des repas rigides ne sont pas nécessaires, respecter des heures de repas régulières seront récompensés par un système digestif plus efficace, au lieu de sauter des repas souvent ou en s’imposant la faim ou en mangeant de trop.

Apport approprié en liquides

Une petite quantité de liquide chaud (comme le thé vert) accompagnant un repas peut favoriser la digestion efficace, mais plus d’un à deux tasses, en particulier si elles sont réfrigérées, a le potentiel de “submerger” l’estomac et altérer la digestion.

Idéalement la plus grande partie des liquides consommés entre les repas doit être tiède ou à température ambiante car les boissons fraîches et réfrigérés ralentissent le processus de digestion.

Le vin, en modération, a des propriétés de réchauffement lorsqu’il est pris au moment des repas.

Plaisir de manger

Il est également important de se rappeler que nos corps sont conçus pour profiter de la nourriture que nous mangeons. Nos langues sont préprogrammées pour reconnaître et apprécier les différents goûts et notre sens de l’odorat va stimuler la production de la salive. S’asseoir pour manger le petit déjeuner, le déjeuner loin du bureau et planifier le repas du soir afin qu’il ne coïncide pas avec les programmes TV peuvent tous améliorer la sensibilisation et le plaisir de notre alimentation et cela servira aussi à aider la digestion.

Advertisements

La thérapie alimentaire en Médecine Traditionnelle Chinoise

“La nourriture est meilleure que les herbes,
Le Qi est meilleur que la nourriture, et
La vacuité est mieux que le Qi. “

Ancien provèrbe taoïste

Les aliments ont différentes façons de guérrir. Comprendre les anciens secrets de la façon dont les aliments guérissent peut vous aider à exploiter leur pouvoir de guérison véritable. Je vais vous présenter les étonnants aspects curatifs de la nourriture, afin que vous puissiez bénéficier de leurs énormes avantages.

Comprendre les aliments : au-delà des propriétés physiques

Du point de vue de la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC), les propriétés curatives des aliments est au-delà des propriétés physiques telles que les vitamines, les minéraux, les phyto-nutriments, calories, etc. et a un aspect énergique. Une fois que vous comprenez cette sagesse antique, vous apprécierez l’incroyable potentiel que les aliments possèdent pour améliorer votre processus de guérison.

Concepts fondamentaux de la MTC alimentaire

  • Votre relation avec la nourriture est un droit individuel. Quelle que soit la réaction que vous avez vis-à-vis de la nourriture, elle est vôtre, ce n’est pas la nourriture elle-même. Il s’agit de votre connexion à cet aliment en particulier. Lorsque la connexion entre le corps-mental-esprit est perturbé, les allergies, des troubles digestifs, petits et grands, sont des signaux d’un dysfonctionnement interne, d’un déséquilibre ou d’un organe qui requière votre attention.
  • Si votre système digestif est faible, peu importe ce que vous mettez dans votre estomac, vous ne profiterez pas au maximum de tout ce que vous mangez. Premièrement, le système lui-même doit être en bon état de fonctionnement et il doit fonctionner correctement avec les autres organes.
  • Du point de vue de la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC), la fonction principale de l’estomac est de traiter les aliments, en collaboration avec les intestins, afin d’extraire l’essence nutritive, qui est envoyée aux poumons. Les poumons doivent bien fonctionner aussi, parce que leur travail consiste à envoyer l’essence nutritive à d’autres organes pour soutenir leurs fonctions. Des problèmes d’estomac tels que ballonnements, constipation, diarrhée, perte d’appétit, etc. sont des messages directs que votre corps a un problème à exercer les fonctions normales de cet organe. Extraire les avantages des propriétés physiques des denrées alimentaires en vitamines, minéraux, calories nécessite un estomac sain.
  • C’est l’esprit et l’essence de la nourriture qui guérit, et non ses propriétés physiques.

Sauf si vous soutenez votre fonction digestive, il est très difficile de traiter et d’extraire l’énergie des aliments pour la guérison. Vous devriez réduire au minimum les aliments transformés et essayer de maximiser votre apport en aliments frais naturels et biologiques, en particulier les fruits et légumes frais.

Peu importe comment vous utilisez la nourriture pour la guérison, mais la nourriture ne peut jamais créer un miracle. Bien manger est une étape positive à la création d’un bon plan de guérison. Les aliments peuvent aider votre corps tout entier à travailler ensemble, mais ce n’est pas la nourriture elle-même qui guérit. Sans la réparation de la rupture dans la connexion corps-mental-esprit, les miracles sont presque impossibles.

L’analogie suivante à partir du monde bancaire est un moyen de comprendre comment fonctionne votre système digestif. Votre Qi, l’énergie vitale, et le sang voyagent ensemble à travers des voies énergétiques de votre corps invisibles en tant que partenaires inséparables. Ils sont soutenus par l’estomac, qui est comme un compte courant. Ce compte est alimenté quotidiennement par les aliments que vous mangez. L’apport quotidien d’aliments garde votre compte en positif, autrement dit le bon fonctionnement du corps entier. Si votre compte courant a peu d’argent ou devient déficitaire, l’énergie et le Qi seront pris automatiquement à partir de votre compte épargne, qui est votre rein. C’est un compte limité d’énergie irremplaçable. Une fois que ce compte est vidé, il faut faire attention !

La médecine traditionnelle chinoise

La médecine traditionnelle chinoise (MTC) (chinois simplifié: 中医; pinyin: Zhong Yi: «La médecine chinoise») se réfère à un large éventail de pratiques de la médecine et partage des concepts théoriques qui ont été développés en Chine et sont basés sur une tradition de plus de 2.000 ans, comprenant les plantes médicinales, l’acupuncture, le massage Tui Na (acupressure), l’exercice (Qi Gong), et la thérapie alimentaire. Ces pratiques sont considérées comme médecine alternative dans le monde occidental.

Principales modalités de traitement de la MTC

Souvent, les praticiens occidentaux et leurs patients ou clients tirent leur compréhension de la MTC de l’acupuncture. Cependant, l’acupuncture est une seule des modalités de traitements principaux de ce système médical complet fondé sur la compréhension du Qi ou énergie vitale. Ces traitements principaux sont les suivants:

  • Qi Gong : une pratique de l’énergie, englobant des mouvements et des postures simples. Certains systèmes de Qigong mettent également l’accent sur les techniques de respiration.
  • Phytothérapie chinoise : l’utilisation de combinaisons ou des formules à base de plantes pour renforcer et soutenir la fonction des systèmes d’organes.
  • Acupuncture : l’insertion d’aiguilles dans les points d’acupuncture pour aider la circulation du Qi en douceur.
  • Tui Na : l’utilisation de techniques de mains spécifiques pour aider les flux du Qi en douceur.
  • Thérapie alimentaire : la prescription de certains aliments pour la guérison en fonction de leurs essences d’énergie ou de signatures de l’énergie, et non la valeur nutritive.
  • Psychologie chinoise : la compréhension des émotions et leur relation avec les systèmes d’organes internes et leur influence sur la santé.

La médicine chinoise se base sur la théorie de l’être humain en bonne santé, d’un point de vue physiologique, psychologique, anatomique, etc. Elle cherche à comprendre l’être humain dans son ensemble. La médicine chinoise tient à peine compte des structures anatomiques, et est principalement concernée par l’identification des entités fonctionnelles (qui régulent la digestion, la respiration, le vieillissement, etc.). La santé est perçue comme une interaction harmonieuse de ces entités et le monde extérieur, la maladie en revanche est interprétée comme un manque d’harmonie dans l’interaction.

Pourquoi je vous parle de médecine chinoise ? Tout simplement parce qu’aucun médecin n’a pu faire le lien entre tous les maux qui ont surgi tous à la fois, sans pour autant avoir une relation les uns avec les autres. Ce n’est que grâce à la médecine chinoise et plus particulièrement l’acupuncture et la thérapie alimentaire que mon corps a retrouvé sa santé en un rien de temps. Après la deuxième séance d’acupuncture, j’ai noté un changement quasi miraculeux, et pourtant cela n’a rien du miracle. Il suffit d’écouter ce que le corps veut nous dire.

L’acupuncture n’était pourtant pas nouvelle pour moi, ni la théorie de la médecine chinoise. Je me suis laissée entraînée par les médecins à faire des analyses et examens, à consulter des spécialistes. Aucun n’a trouvé une solution. Tout ce qu’ils faisaient était me prescrire des médicaments qui ne m’aidaient pas, mais qui empiraient mon état. Après six mois, j’ai eu la bonne idée de chercher un acupuncteur qui, dès la première séance, m’a aidé. J’ai annulé les examens que je devais encore faire ainsi que les consultations chez les spécialistes.

Maintenant, je vais encore une fois par semaine chez l’acupuncteur, le temps d’être à nouveau à 100% en bonne santé et j’ai changé mon alimentation. Je me sens bien, en pleine forme.